Forum RPG
 

 :: Le personnage :: Présentations :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

James Worth (prédéfini : MORETTI Gabriele) [terminé]

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 28/09/2016
Jeu 29 Sep - 0:28

▬ ft. Izaya Orihara de Durarara

Âge : 24 ans
Groupe : Indiffèrent
Orientation sexuelle : S‘il couche avec quelqu’un, ce n’est pas le physique qui lui importera, mais ce qu’il poura en obtenir.

WORTH James
Caractère
Décrire ce qui peut se passer dans ce cerveau, que certain qualifiait de trop brillant, d’autre de complément dément, est un travail malaisé. Même en le fréquentant toute une vie, on ne pourrait en dresser qu’une faible esquisse.

En voyant ce jeune homme courir un peu partout, flirter avec la mort en se mettant sans cesse en danger, répondre et se montrer insolent face à des personnes qui font plusieurs fois son gabarit...  On se dit qu’il est inconscient. S’il réalisait vraiment que c’est sa vie qu’il risque pour trois fois rien, que s’il meurt, il disparaît, sans laisser aucune trace... Il n’agirait pas comme ça, n’est-ce pas ? Ou serait la logique sinon ? Après tout, il est mort jeune : il n’a vécu qu’un quart de sa vie, il lui manque ce qui lui aurait permis d’être mature. De plus, c’est assez comique, de le voir déambuler de la sorte, répondre avec effronterie ce que plus d’un pense tout bas sans oser l’admettre. Définitivement, c’est amusant de voir des armoires à glace essayer de le remettre en place d’un coup de poing et finir droit sur une canalisation d’eau usagée.

Comment ? Et bien, James est un sportif de haut niveau, habitué au combat, surtout de rue et maîtrisant bon nombre de technique qui lui vaut d’exceller dans cet art ancestral qu'est la fuite. Étrange, non, qu’au lieu d’attaquer, il se contente d’esquiver avant de partie en courant ? Sa vitesse portant et l’adresse avec laquelle il manie le couteau comme le pistolet sont des armes redoutables qui devraient lui permettre de contre-attaquer magistralement. C’est donc un sale lâche, qui préfère prendre ses jambes à son coup que d’affronter ce qu’il a déclenché. Un gamin immature, qui cherche les ennuies, mais ne les assume pas et s’enfuit en riant, voilà l’image qu’il donne.

Si vous arrêtez votre raisonnement ici, alors sachez que vous êtes perdu. Non seulement vous vous trompez sur son compte, mais soyez assuré qu’il en profitera pour vous mener où il le voudra. Sous son sourire mesquin se cache un dangereux manipulateur de génie, pour qui le monde, que ce soit l’actuel ou le précédent, n’est qu’un terrain de jeux. Vous n’êtes que des pions qu’il s’amuse à voir s’entre-déchirer pour rien. Or l’homme est rusé, il sait manigancer et tout mettre en œuvre pour que vous vous retrouviez avec la pire fin possible. Vous savez, ses enfants qui éprouvent un plaisir d’une pureté sans pareil à brûler les fourmis avec une loupe, pour les voir s’affoler et chercher un moyen de se sauver ? ... Eh bien, sachez-le, vous êtes la fourmi. Allez-y, essayer de vous en sortir, mettez toute votre énergie à vous débattre... Votre déchéance n’en sera que plus belle.
Physique
Carnation :  Sa peau est pâle, car de son vivant il restait souvent enfermé la journée à cause de son travail et sortait principalement la nuit, qui était plus propice pour ses activités. Cependant, elle ressort davantage, car il s’habille de vêtements particulièrement foncés. Les gestes reçus ne permettent pas d’attester d’une quelconque douceur, chaleur ou fraicheur : ce n’est pas le genre de remarque qui se fait quand on frappe quelqu’un.
Taille : 1m75, plutôt bien répartis : on ne peut pas dire que ses jambes ou son buste soient particulièrement longs. Pas plus que ses bras ou ses doigts. D’un autre côté, il n’est pas petit non plus, disons simplement qu’il est commun.  
Corpulence : Mince, pour ne pas dire maigre avec ses 58 kg. Comme il pratiquement beaucoup de sports, il a développé une belle musculature, mais plutôt sec : il n’a pas de graisse. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on peut apercevoir le reflet de ses côtes, ou de sa colonne vertébrale.
Cheveux :  Ébène, semblable au plumage d’un corbeau : une mer de ténèbres peuplées d’éclat lumineux. Sa coupe est courte, laissant sa nuque libre à tout regard. Quelques mèches encadrent son visage et d’autres volettent légèrement sous le vent. Que dire d’autre sur sa chevelure ? Il est rare qu’on remarque, quand on l’empoigne, s’ils sont doux ou crépus.  
Yeux :  Effilés, remplis de sournoiseries, c’est ce regard qui fait toute son expression. La couleur de ses pupilles est d’une teinte particulière, une nuance de marron assez unique qui donne la désagréable sensation d’être face à une marre de sang, quand l’éclairage s’y prête.  
Signe(s) distinctif(s) : Pas de tatouage, ni de piercing. On peut voir quelques cicatrices sur son corps, des souvenirs d’une vie plutôt agitée, néanmoins elles sont peu visibles, surtout sous ses vêtements. Pourtant, il y a bien une petite chose qui le caractérise : la présence de chevalière en acier sur ses auriculaires. Quel souvenir peut bien se rattacher à ces seuls bijoux qu’il accepte de porter ?
Histoire

Si vous n’avez pas rangé vos histoires, elles sauteront de votre passé pour vous traquer, par-delà même la mort. Néanmoins, James n’a jamais été le type d’homme à regretter son passé ni à y laisser quoi que ce soit qui aurait pu le troubler. Quand et où a-t-il bien pu naître ? Vous n’en serez rien, sauf si vous mettez la main sur son livret de famille. C’est vers ses cinq ans qu’il débarqua en Amérique avec sa famille. Les amis proches de ses parents furent les seuls à savoir ce qu’ils fuyaient : la maîtresse du jeune garçon s’était suicidée dans la cour de l’école, pendant la récréation. Un souvenir et surtout des circonstances préoccupantes que Mr et Mme Worth voulurent à tout prix enterrer derrière eux.

Que dire sur l’enfance du jeune James ? Cette ville hétéroclite, riche en nouveauté, dut lui plaire, car il eut de tout temps des notes exemplaires. Touchant à tous les milieux, suivant des dizaines d’activités différentes, il s’épanouissait incroyablement bien. Seule ombre à ce tableau : malgré les nombreuses personnes qu’il croisa, jamais il ne se fit un seul ami. Pourtant, il passait beaucoup de temps sur son ordinateur, son téléphone... Comme si ces cercles d’amis n’étaient que virtuels. Outre ce souci, qui ne sembla jamais lui manquait, il ne participait pas à tous les cours, bien au contraire. Ses notes excellentes lui assurer une certaine tranquillité et une relation particulièrement avantageuse excuser ses absences par une santé prétendument fragile.

Comment un élève aussi brillant se retrouva en contact avec le milieu criminel ? On pourrait blâmer ses parents, qui étrangement passait le plus de temps possible loin de leur enfant, visitant le monde à la moindre occasion, qui ne l’encadrèrent pas, entraînant le pauvre enfant vers des chemins sinueux. On pourrait aussi s’attarder sur les guerres des gangs qui ensanglantèrent les trottoirs des villes où il vécut...  Et au fond, qui sait quelle personne se cachait, sous le nom de Chrome, cet homme qui vendit des informations à différentes familles au point de les faire s’entre-tuer ?

Quoi qu’il en soit, à sa majorité, il possédait déjà un bureau près de la capitale et son nom raisonnait sur toutes les lèvres dès que les groupes se retrouvaient confrontés à l’inconnue. Le nom d’une taupe, la localisation de preuve compromettante, l’itinéraire d’une limousine, le planning de la prostituée que fréquentait un certain docteur... Peu importe, il suffisait de l’appeler pour savoir, à condition d’en mettre le prix. Sa clientèle comprenait des criminels, des membres du gouvernement, mais aussi des particuliers. Une voisine remplie de rancœur, un oncle désespéré, un enfant perdu… L’âme charitable n’hésitait pas, à l’occasion, d’offrir ses services. Satisfaire ses clients été, il faut le croire, son unique plaisir... Même si, malheureusement, leur histoire finissait bien souvent en désastre : trahison, manipulation, violence...

À force de côtoyer les facettes les plus obscures de l’homme, il a dû s’endurcir. Tout du moins, c’est ainsi que l’excusèrent les rares personnes présentes aux obsèques de ses parents, trépasser dans un malencontreux accident de voiture, en le voyant garder le sourire.  « Ils ont passé toute leur vie à fuir un passé qui a fini par les rattraper », ce sont les seuls mots qu’il prononça, teinté de mépris. Pourtant, après cet événement, il prit la même habitude que ses défunts parents, changeant chaque année de pays, pour découvrir de nouveaux horizons. Cherchaient-ils leur présence, fuyait-il lui aussi quelque chose... ? Le même scénario se répétait, identique à chaque fois : il s’établit, bâtis un solide réseau, fidélise une clientèle qui lui est dépendant... Et au sommet de sa carrière, il disparaît et s’envole, sans l’ombre d’un regard pour ce qu’il laisse derrière lui.  

Le mystère s’épaissit quand vint le jour de sa mort. À la presse et sur le net sont rependus des milliers de fichiers sur la pègre, les magouilles des gouvernements, dévoilant l’identité de témoin et de taupe… Des informations cruciales qui inondèrent les réseaux à la seconde même où ses pieds quittèrent le toit d’un building, le faisant s’écraser plusieurs dizaines de mètres plus bas. Un suicide inexpliqué, chez un jeune homme plein de joies de vivre. Les rumeurs prétendent qu’il ne s’agissait que d’une mise en scène, destinée à lui permettre de refaire sa vie une énième fois. Ici, on entend que Cosa nostras se serait occupé de lui et aurait maquillé sa mort. Là, qu’il aurait fait une overdose et que son véritable cadavre se trouve dans un cimetière à Petersburg. Là-bas, qu’il se serait marié et aurait fondait une famille, exerçant le métier de professeur... Au fond, personne ne sait vraiment ce qu’il advient de lui, les légendes les plus folles se mirent à circuler sur son sujet.

Il serait vain de parler des conséquences de sa mort, c’est un sujet qui ne le concerne plus. Peu importe comment, il a fini par arriver en ce lieu, Nekros, confirmant ses plus secrètes espérances. Comme tout nouvel arrivant, il a pu admirer ce ciel vermeil, tendre l’oreille la nuit, face aux hurlements inquiétants et se perdre face à ce mot énigmatique qu’il reçut. Tout naturellement, il se mit en quête de vérité, d’information, pour comprendre le fonctionnement de ce monde. Longtemps, il est resté à ce stade bien particulier d’innocent. Plus qu’il ne lui en fallut pour s’y faire une place, se muer dans ce système aux portes de la démence. La conscience, cette entité omnisciente, qui exerce un contrôle sur une partit de la ville, il ne la rencontra que tardivement. Certains prétendent qu’il l’attendait, qu’il espérait cette venue... Mais qui souhaiterait de telles choses ?

Quoi qu’il en soit, il arriva, ce jour fatidique qui devait décider de son destin. Une voix, emporter par le vent, indiscernable d’un souffle, se fit entendre. Lentement, elle se rapprocha, se penchant à son oreille, murmurant au creux de son être des mots ensorcelants. Elle l’invitait à l’acte, caresser ses sens, se rependait en lui, teintant chaque parcelle de son âme... Et lorsqu’il eut fermé les yeux, baissant ses défenses, alors elle sut que le moment était venu d’assener son coup de grâce, l’exultant à lui obéir... Quelle raison lui donna-t-elle ? Quelle motivation était assez grande pour le convaincre à commettre l’irréparable et teindre pour la première fois ses mains de sang ? Personne ne le sait, c’est un secret entre elle et lui... Quand ses mots raisonnèrent, trouvant écho dans ses pensées... Un rire fendit ses lèvres, moqueur, hilarant, à s’en fendre les côtes, à en cracher ses poumons. Des larmes perlant au coin de l’œil, il y répondit, narquois. « C’est là toute l’étendue de ton argumentaire ? Tu t’y prends vraiment mal ! Je ne suis pas d’une nature obéissante et je n’ai jamais désiré tuer de mes mains qui que ce soit. Je n’aurais aucun intérêt à le faire : il n’y a rien de plaisant dans le fait de détruire aussi gauchement une vie pleine d’opportunité. Ce ne sont pas tes mots qui y changeront grand-chose, mais, je t’en prie, si tu as d’autres idées, n’hésite pas : je suis sûr que ce sera hilarant à entendre ! »

Depuis ce jour, il n’a pas rejoint les rangs de ses bêtes brutales, assoiffés de violence et de sang, incapable de réfléchir à eux même et cédant à la première pulsion venue. Pour autant, il a la même médisant pour ces prétendus justiciers qui refusent de tuer simplement à cause de leur éducation. Dans le fond, il n’a rien contre la conscience, bien au contraire, cette entité à quelque chose de plaisant, puisqu’elle a créé ses deux camps qu’il s’amuse à voir s’entre-tuer en leur fournissant des informations trier avec soin. On peut dire qu’il travaille pour les deux côtés, afin d’être chez le vainqueur, quoi qu’il advienne. Comme on peut très bien dire qu’il est contre les deux, s’amusant à les blesser et à leur renvoyer leurs faiblesses avec cruautés. James, il ne faut pas l’oublier, n’a œuvré toute sa vie que pour son bon plaisir. En quoi sa mort serait-elle différente ?

Pseudonyme : Icare
Âge : 25 ans
Commentaire : Superbe forum, j’ai cédé face au contexte, j’ai hâte de voir comment il évoluera !

A votre propos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 30/08/2016
Jeu 29 Sep - 14:26


Présentation validée!

Toutes mes condoléances! Vous avez été reconnu comme décédé. Néanmoins, vous êtes désormais libre de parcourir les rues de Nekros. Mais avant cela, pensez à recenser votre avatar ! Vous pouvez également chercher des relations en créant votre fiche de liens ainsi que faire une demande de RP.
En espérant que votre expérience après la mort vous plaira, le Staff vous souhaite une belle aventure.


CSS par Gaelle


Revenir en haut Aller en bas
James Worth (prédéfini : MORETTI Gabriele) [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (terminé) | Remettre les pendules à l'heure du Préfet En Chef... Lily & James
» Sur les traces d'une BSH {PV Yuki} (FINI)
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Afterlife :: Le personnage :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: